Bande riveraine

 

Les rives sont des endroits riches et cruciaux pour la santé des lacs et cours d’eau. Elles offrent un habitat privilégié pour la faune et la flore et de nombreux processus biologiques s’y déroulent. Cependant, la pression sur ces endroits est de plus en plus grande avec le développement de la villégiature en bordure des lacs. Les aménagements en rives se font de plus en plus nombreux, au détriment des écosystèmes et de la santé des lacs.

Si votre bande riveraine n’est pas végétalisée, un des premiers gestes à poser pour améliorer la qualité de votre lac est de la revégétaliser. Pour ce faire, utilisez des arbres, des arbustes et des herbacés indigènes, bien adaptés aux conditions de votre terrain. Selon la règlementation provinciale, minimalement une bande riveraine devrait faire de 10 à 15 mètres de largeur, selon la pente, à partir de la ligne naturelle des hautes eaux. Cependant, si vous trouvez cela trop excessif pour une première fois, allez-y de façon progressive, quelques mètres par année. Vous pouvez aussi cesser de tondre la pelouse dans votre bande riveraine et laisser la nature reprendre sa place. Au départ, cela ressemblera à un champ, mais avec le temps, vous verrez apparaître de jolies plantes.

 

Définition

Bande riveraine : couvert végétal permanent composé d’un mélange de plantes herbacées, d’arbustes et d’arbres adjacents à un cours d’eau ou à un lac.

Ligne des hautes eaux : ligne délimitant le littoral et la rive des lacs et des cours d’eau, située à l’endroit où l’on passe d’une prédominance de plantes aquatiques à une prédominance de plantes terrestres.

Littoral : partie des lacs et des cours d’eau définie à partir de la ligne des hautes eaux.

Rive : bande règlementaire minimalement de 10 à 15 mètres (selon la pente) bordant les lacs et les cours d’eau, mesurée à partir de la ligne des hautes eaux.

image-bande-riveraine-au-travail
Renseignez-vous auprès de votre association de lac ou de votre municipalité, il y a parfois des programmes d’aide aux riverains qui désirent revégétaliser leur bande riveraine.

Si vous désirez connaître les végétaux recommandés pour revégétaliser votre bande riveraine en fonction des conditions spécifiques de votre terrain, consultez :

Pour la plantation, il est important de se rappeler de certaines règles de base :

  • Ne pas utiliser de fertilisant (naturel ou non)
  • Disposer vos plants en quinconce
  • Planter au printemps jusqu’à la mi-juin, où à l’automne
  • Favoriser un accès de biais vers le plan d’eau

Règlements

La volonté du gouvernement du Québec d’accorder aux bandes riveraines une protection adéquate s’est concrétisée par l’adoption de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables. Pour qu’elles soient applicables, les dispositions de cette Politique doivent être insérées dans les schémas d’aménagement et de développement des MRC puis intégrées dans les règlements d’urbanismes de chacune des municipalités du Québec.

L’objectif de la Politique est de protéger les rives et le littoral, qui sont des milieux fragiles, et de déterminer les constructions, les travaux et les ouvrages qui peuvent être autorisés dans ces milieux. La Politique présente des mesures minimales pour permettre, entre autres, de maintenir et d’améliorer la qualité des lacs et des cours d’eau. Les municipalités ont le pouvoir d’adopter des normes plus restrictives que la Politique (LAU, art. 113, par. 12). Elles ont aussi le pouvoir de règlementer le reboisement des rives (LCM, art. 19).

La Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables traite de :

  • La construction ou l’agrandissement d’un bâtiment en bordure d’un lac ou d’un cours d’eau
  • Le maintien du couvert végétal
  • La construction des quais, des abris ou des débarcadères
  • Les ponts et les ponceaux
  • Les prises d’eau
  • La stabilisation des rives
  • L’entretien et le nettoyage d’un cours d’eau
  • La plaine inondable
  • etc.

 

Des spécificités sont présentes selon certains milieux…

Selon la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables, sur une terre agricole, la bande riveraine doit avoir une largeur minimum de 3 m à partir de la ligne des hautes eaux. Si le haut du talus se situe à moins de 3 m de la ligne des hautes eaux, la bande riveraine doit inclure au moins 1 m sur le replat du terrain.

Pour plus de renseignements, consultez: Votre cours d’eau : Une valeur à préserver en milieu agricole ; MDDELCC

Selon le Règlement sur les normes d’intervention dans les forêts du domaine de l’État(RNI), un exploitant forestier de la forêt publique doit conserver une lisière boisée d’une largeur d’au moins 20 m sur les rives d’un milieu humide, d’un lac ou d’un cours d’eau. Pour ce qui est de la forêt privée, c’est la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables qui s’applique ainsi que certains règlements locaux sur l’abatage d’arbres.

Rôle

La végétation de la bande riveraine joue plusieurs rôles. Tout d’abord, les végétaux ralentissent et filtrent les eaux de ruissellement. Ils absorbent ainsi une grande partie des nutriments présents dans cette eau, avant qu’ils ne se retrouvent dans le plan d’eau. De plus, les racines des arbres et arbustes maintiennent le sol et contribuent à diminuer l’érosion par les vagues, alors que le feuillage crée de l’ombre et diminue le réchauffement excessif de l’eau. Finalement, la bande riveraine est un milieu de vie essentiel à la faune aquatique et terrestre.

Aménagement

Les aménagements en rive, comme les quais et les murets, ont aussi des impacts environnementaux. Par exemple, les murets en pierres réchauffent l’eau alors que les quais peuvent modifier les courants. Mais il y a moyen de faire des aménagements en rive qui ont un impact limité sur le milieu.

Pour plus d’information, consultez :